<em>in</em> Le couturier

Le couturier est une pièce de Sławomir Mrożek dans laquelle un roi est renversé par une tribu de barbares. Il apparait alors ce qui faisait sa puissance : le couturier, retournant sa veste pour se placer du côté du nouveau roi barbare lui révélera son insignifiance : « Dans notre tête nous pouvons être tout, mais en réalité seul le couturier sait mettre un peu d’ordre là-dedans ». Conscient de son pouvoir le couturier en use à dessein afin de se rendre indispensable et de plier ses maîtres à ses propres folies.

<em>in</em> Le couturier

La construction du livre met en parallèle le travail du couturier et celui du graphiste : « habilleur » l’un comme l’autre ils ont le rôle de donner forme visible à une pensée, une personne ou un pouvoir. Ils sont donc forcément manipulateurs du public, mais également du client ( de sa parole ), qu’il peuvent transformer à merci.

<em>in</em> Le couturier

<em>in</em> Le couturier

Le livre est d’abord réduit à son minimum: texte noir sur papier machine blanc, typographie Courier Std par défaut, couverture en carton gris. Puis les images viennent s’y poser de manière distante: une jaquette à rabat que l’on enfile et trois images à peine collées sur les pages intérieurs du livre.

<em>in</em> Le couturier

<em>in</em> Le couturier

La couverture se déplie en une affiche recto-verso : d’un côté la marque d’une chemise écrasée violemment par la presse de linogravure, coupée en partie haute par la forme d’une guillotine. Sur l’autre face la phrase extraite du livre : « Dans notre tête nous pouvons être tout, mais en réalité seul le couturier sait mettre un peu d’ordre là-dedans ».

<em>in</em> Le couturier

<em>in</em> Le couturier

<em>in</em> Le couturier

Les trois images associent trois fois mot, forme et habit. « Au service », « une conscience », « le pouvoir » : chaque image marque l’entrée d’un acte. Chacune tisse des liens sans dire exactement ce qu’elle signifie, sans chercher à communiquer une idée ou une histoire, préférant à cela laisser l’imaginaire du lecteur bondir entre les signes des images et le texte de la pièce.

<em>in</em> Le couturier

<em>in</em> Le couturier

Des « entractes » ponctuent le livre de courtes citations extraites de l’acte les suivant. Elles sont composées dans une typographie dessinée pour le livre: la Couturier Std. Celle-ci est taillée dans les formes de la Courier Std qu’elle tente d’ennoblir en lui donnant pleins, déliés et empattement classique. Elle n’y arrive cependant pas et laisse dans ses formes plein de bizarreries dues aux contraintes techniques de la Courier Std, notamment le monospace. Elle est comme quelqu’un qui voudrait se faire passer pour un autre, il retaille dans ses habits, fait des régimes et lit des livres et finalement ne parvient pas à devenir celui qu’il espérait. C’est aussi le travail du couturier ou du designer graphique : faire croire que l’on peut changer quelqu’un/un groupe en changeant son image.

<em>in</em> Le couturier


Le Collecteur